Blog

Pr. Jean Pierre Guingané

Le Pr. Jean Pierre Guingané est le fondateur du Théâtre de la Fraternité.

Auteur dramatique, metteur en scène, acteur, il a tété le directeur du Théâtre de la Fraternité depuis sa création et a été aussi et avant tout un éminent universitaire. Professeur titulaire en études théâtrales de l’Université de Ouagadougou dont il a été doyen de la faculté des Lettres, le Pr. Guingané assume avec brio de nombreuses fonctions dans le domaine de la pratique théâtrale.

 

Auteur dramatique : il a été le seul à avoir reçu la distinction « Artiste du peuple » en la matière dans son pays. Il est auteur d’une trentaine de pièces de théâtre dont Le Fou (Hatier/Ceda, Abidjan, 1986), Papa oublie moi … (Unicef, Théâtre de la Fraternité, Ouagadougou, 1990), Le Cri de l’espoir (Editions Théâtre de la Fraternité, Ouagadougou, 1991) , La Musaraigne (Editions Gambidi, Ouagadougou, 1997), La Savane en transe (Editions Gambidi, Ouagadougou, 1997), La Grossesse de Koudbi (Editions Gambidi, Ouagadougou, 1996) , Les lignes de la mains           (Editions Gambidi, 1996), Le Baobab Merveilleux (éditions Gambidi / Découvertes du Burkina, Ouagadougou, 2007, La Malice des hommes (Editions Gambidi / Découvertes du Burkina, 2008), devenues des classiques au Burkina Faso.

 

Metteur en scène : depuis 1969, date de sa première mise en scène (Une saison au Congo, d’Aimé Césaire) alors qu’il n’était encore qu’élève, le Pr. Guingané n’a plus quitté la scène, qu’épisodiquement, pour finir une thèse de doctorat par exemple jusqu'à quitter le monde des vivants en janvier 2011. Ses productions ont été appréciées dans toutes les grandes capitales africaines (Brazzaville, Kinshasa, N’Djamena, Yaoundé, etc.) à l’occasion des festivals de théâtre.

En 1991, avec son compatriote cinéaste Idrissa Ouédraogo, il entre à la Comédie Française à Paris comme 2ème metteur en scène sur La Tragédie du Roi Christophe, d’Aimé Césaire. Il dirige sur scène, à cette occasion des célébrités françaises comme Roland BERTIN, Catherine SAMY (alors Doyenne de la Comédie Française, mais aussi Marcel Bozonnet qui deviendra Administrateur Général de la Comédie Française après son passage à la tête du Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris). Si avec Le Fou il avait appris à connaître le public européen à Limoges, l’expérience de la Comédie Française et le succès remporté par leur création ouvrent à M. Guingané les grandes scènes européennes : Théâtre National d’Oslos avec Pyr Gynt d’Ibsen, le Nemark Theater de Zürich avec La visite de la vieille dame de Dürrenmatt, les Rencontres Internationales du Théâtre Universitaire (RITU) de Liège en Belgique et le CREAC de Grenoble, en France avec Le Baobab Merveilleux, etc.

 

Monsieur Guingané a des raisons d’être fier : avec son compatriote cinéaste Ouédraogo, ils auront été les premiers africains à entrer dans le Théâtre de Molière comme metteurs en scène !

 

La plus grande fierté de Monsieur Guingané réside dans le fait qu’il n’existe aucun gros village burkinabé où sa troupe, Le Théâtre de la Fraternité, ne soit connue. En 41 ans, les artistes du Théâtre de la Fraternité sont devenus les familiers des nombreux spectateurs de la brousse burkinabé.